Première séquence

Dans un premier temps, il est évidemment nécessaire de réactiver ou d’introduire du vocabulaire sur le thème travaillé, dans ce cas l’alimentation. Sans ces éléments de base, les élèves ne pourront jamais comprendre ou émettre des faits, des idées, des opinions.

Faire prendre conscience aux élèves qu’ils sont déjà capables de comprendre beaucoup de mots, même si ceux-ci n’ont pas encore été vus au cours de langue étrangère. Les enfants doivent relier les images aux mots. Il est important de donner des images aux élèves de manière à les orienter. Ils savent ainsi quels concepts sont représentés et cela va faciliter leur tâche. Suggestion : demander d’abord aux élèves de travailler individuellement, les mettre ensuite par groupes de 4 et terminer par une vérification en groupe-classe. De cette manière, les élèves sont amenés dans un premier temps à mobiliser toutes leurs ressources personnelles. Ensuite vient une phase de coopération, qui va permettre un échange des stratégies et des résultats, les plus forts aidant les plus faibles. Jusqu’ici les élèves travaillent seuls, en autonomie, sans que le professeur n’intervienne. Enfin, la correction est réalisée ensemble.

Le choix des mots va dépendre de la langue maternelle, des ressemblances avec la langue étrangère, des mots internationaux connus, ou du fait que certains mots peuvent déjà avoir été rencontrés lors de voyages, sur des étiquettes, etc.

Matériel 1 – Images
Matériel 2 – Mots en langue cible

Les enfants doivent essayer de trouver différentes manières de classifier une série d’aliments. L’intérêt de cette activité est de travailler sur le vocabulaire pour aider à sa mémorisation. On sait que c’est en établissant des liens entre les concepts que ceux-ci sont le mieux et plus durablement mémorisés. Les suggestions des élèves pour réaliser les catégories sont évidemment les bienvenues. L’enseignant peut en suggérer d’autres :

  • J’aime / Je n’aime pas / Je n’aime pas beaucoup, mais je mange.
  • Je mange souvent / parfois / jamais.
  • A quel moment mange-t-on cet aliment (petit-déjeuner, déjeuner, dîner en France / déjeuner, dîner et souper en Belgique – entre les repas comme snack) ?
  • Je le mange cru / cuit / cru et cuit.
  • Je le mange frais / en boîte / surgelé.
  • J’en ai dans mon jardin. On en trouve dans mon pays. Cela vient d’un autre pays.
  • Couleurs
  • Formes
  • Je le mange à la maison / à l’école / au restaurant.
  • De quel genre d’aliments s’agit-il ? (viandes, fruits, légumes1 , etc.)

Chaque élève va établir une liste d’aliments selon un critère qu’il choisit. Il lit sa liste, pendant qu’un autre affiche les images de ces aliments au tableau. Ensuite, le groupe-classe essaie de voir selon quel critère la liste a été établie.

1 Existe-t-il une différence entre fruits et légumes et quelle est-elle ? « Fruit » est une notion de biologie, il contient les graines qui permettront au végétal de se reproduire. Considéré ainsi, les pommes, les poires, mais aussi les potirons et les haricots sont des fruits. « Légume » est un terme culinaire. Dans la cuisine, les légumes étaient plutôt associés au plat principal, alors que les fruits étaient plutôt le dessert, l’en-cas.

Première séquence

Dans un premier temps, il est évidemment nécessaire de réactiver ou d’introduire du vocabulaire sur le thème travaillé, dans ce cas l’alimentation. Sans ces éléments de base, les élèves ne pourront jamais comprendre ou émettre des faits, des idées, des opinions.

Faire prendre conscience aux élèves qu’ils sont déjà capables de comprendre beaucoup de mots, même si ceux-ci n’ont pas encore été vus au cours de langue étrangère. Les enfants doivent relier les images aux mots. Il est important de donner des images aux élèves de manière à les orienter. Ils savent ainsi quels concepts sont représentés et cela va faciliter leur tâche. Suggestion : demander d’abord aux élèves de travailler individuellement, les mettre ensuite par groupes de 4 et terminer par une vérification en groupe-classe. De cette manière, les élèves sont amenés dans un premier temps à mobiliser toutes leurs ressources personnelles. Ensuite vient une phase de coopération, qui va permettre un échange des stratégies et des résultats, les plus forts aidant les plus faibles. Jusqu’ici les élèves travaillent seuls, en autonomie, sans que le professeur n’intervienne. Enfin, la correction est réalisée ensemble.

Le choix des mots va dépendre de la langue maternelle, des ressemblances avec la langue étrangère, des mots internationaux connus, ou du fait que certains mots peuvent déjà avoir été rencontrés lors de voyages, sur des étiquettes, etc.

Matériel 1 – Images
Matériel 2 – Mots en langue cible

Les enfants doivent essayer de trouver différentes manières de classifier une série d’aliments. L’intérêt de cette activité est de travailler sur le vocabulaire pour aider à sa mémorisation. On sait que c’est en établissant des liens entre les concepts que ceux-ci sont le mieux et plus durablement mémorisés. Les suggestions des élèves pour réaliser les catégories sont évidemment les bienvenues. L’enseignant peut en suggérer d’autres :

  • J’aime / Je n’aime pas / Je n’aime pas beaucoup, mais je mange.
  • Je mange souvent / parfois / jamais.
  • A quel moment mange-t-on cet aliment (petit-déjeuner, déjeuner, dîner en France / déjeuner, dîner et souper en Belgique – entre les repas comme snack) ?
  • Je le mange cru / cuit / cru et cuit.
  • Je le mange frais / en boîte / surgelé.
  • J’en ai dans mon jardin. On en trouve dans mon pays. Cela vient d’un autre pays.
  • Couleurs
  • Formes
  • Je le mange à la maison / à l’école / au restaurant.
  • De quel genre d’aliments s’agit-il ? (viandes, fruits, légumes1 , etc.)

Chaque élève va établir une liste d’aliments selon un critère qu’il choisit. Il lit sa liste, pendant qu’un autre affiche les images de ces aliments au tableau. Ensuite, le groupe-classe essaie de voir selon quel critère la liste a été établie.

1 Existe-t-il une différence entre fruits et légumes et quelle est-elle ? « Fruit » est une notion de biologie, il contient les graines qui permettront au végétal de se reproduire. Considéré ainsi, les pommes, les poires, mais aussi les potirons et les haricots sont des fruits. « Légume » est un terme culinaire. Dans la cuisine, les légumes étaient plutôt associés au plat principal, alors que les fruits étaient plutôt le dessert, l’en-cas.

  Search

Bookmark and Share

Bookmark and Share