Suite à ces associations sur l’œuvre, une deuxième phase va approcher la technique utilisée.
Que pensez-vous: comment cette œuvre a-t-elle été créée? Comment l’artiste s’y est-il pris? Regarder les traces sur l’œuvre: d’où viennent-elles?

De manière informelle, les élèves s’approchent de la description de la technique du frottage. (Document 1) Ensemble, les enfants échafaudent des hypothèses pour savoir comment cette œuvre a été réalisée. L’enseignant dirige la discussion vers la technique réellement utilisée. Il y aura certainement l’un ou l’autre élève qui devinera qu’il s’agit de la structure de l’objet frotté. Certains enfants ont peut-être déjà utilisé ou vu utiliser une technique semblable, notamment avec une pièce de monnaie.

Le mot « frottage » vient du français et explique bien en quoi la technique consiste.

Maintenant les élèves doivent à nouveau chercher des structures / surfaces qui vont servir à caractériser soit une espèce, soit un mélange d’espèces. Pour cela, les élèves réalisent une première expérience dans l’école. Ils se promènent à la recherche de différentes surfaces qu’ils peuvent frotter pour récolter des structures différentes. De plus, les élèves notent ce qu’ils ont frotté. Dans la discussion qui suit, les enfants échangent à propos des surfaces qu’ils ont trouvées et qu’ils ont frottées sur le papier. Ils peuvent ainsi se rendre compte que certaines surfaces conviennent mieux que d’autres et sont plus intéressantes pour tel ou tel aspect d’un animal fantastique.

Lors d’une deuxième promenade dans l’école, les enfants cherchent de manière plus ciblée les surfaces qu’ils vont utiliser et associer pour créer leur animal fantastique. (Document 2 – exemples)

L’arrière-plan peut être réalisé grâce à la technique du frottage également ou peut être complété avec d’autres techniques de dessin. Il est aussi possible de ne pas représenter le milieu de vie, cela permet souvent de mieux faire ressortir le motif de l’animal. Dans ce cas, le spectateur de l’œuvre est tout à fait libre d’imaginer dans quel milieu cet animal pourrait vivre.

 

Suite à ces associations sur l’œuvre, une deuxième phase va approcher la technique utilisée.
Que pensez-vous: comment cette œuvre a-t-elle été créée? Comment l’artiste s’y est-il pris? Regarder les traces sur l’œuvre: d’où viennent-elles?

De manière informelle, les élèves s’approchent de la description de la technique du frottage. (Document 1) Ensemble, les enfants échafaudent des hypothèses pour savoir comment cette œuvre a été réalisée. L’enseignant dirige la discussion vers la technique réellement utilisée. Il y aura certainement l’un ou l’autre élève qui devinera qu’il s’agit de la structure de l’objet frotté. Certains enfants ont peut-être déjà utilisé ou vu utiliser une technique semblable, notamment avec une pièce de monnaie.

Le mot « frottage » vient du français et explique bien en quoi la technique consiste.

Maintenant les élèves doivent à nouveau chercher des structures / surfaces qui vont servir à caractériser soit une espèce, soit un mélange d’espèces. Pour cela, les élèves réalisent une première expérience dans l’école. Ils se promènent à la recherche de différentes surfaces qu’ils peuvent frotter pour récolter des structures différentes. De plus, les élèves notent ce qu’ils ont frotté. Dans la discussion qui suit, les enfants échangent à propos des surfaces qu’ils ont trouvées et qu’ils ont frottées sur le papier. Ils peuvent ainsi se rendre compte que certaines surfaces conviennent mieux que d’autres et sont plus intéressantes pour tel ou tel aspect d’un animal fantastique.

Lors d’une deuxième promenade dans l’école, les enfants cherchent de manière plus ciblée les surfaces qu’ils vont utiliser et associer pour créer leur animal fantastique. (Document 2 – exemples)

L’arrière-plan peut être réalisé grâce à la technique du frottage également ou peut être complété avec d’autres techniques de dessin. Il est aussi possible de ne pas représenter le milieu de vie, cela permet souvent de mieux faire ressortir le motif de l’animal. Dans ce cas, le spectateur de l’œuvre est tout à fait libre d’imaginer dans quel milieu cet animal pourrait vivre.

 

  Search

Bookmark and Share

Bookmark and Share