Pour aller plus loin

La cigogne dans la culture française

Depuis longtemps la cigogne blanche joue dans le folklore le rôle d’un emblème du printemps et d’un porte-bonheur. Si par exemple une cigogne s’est posée sur une maison, cela veut dire qu’elle « devient porte-bonheur dans presque tous les domaines : fécondité et fidélité, mais aussi richesse, santé etc. Cette quantité de vertus lui a sans doute été attribuée dans les siècles passés parce qu'elle débarrassait les champs et marécages des serpents et d'autres animaux peu appréciés par les habitants » (http://michele-gabriel.chez-alice.fr/pge70-27.html).

L’arrivée des cigognes au printemps et leur départ en automne fait que la cigogne est devenue un oiseau symbolique du cycle des saisons. Le retour de cigognes annonce que les beaux jours sont proches et que la nature va renaître. C’est pourquoi on voit en elles aussi un symbole de la résurrection.

Comme dans beaucoup d’autres pays dans le folklore de plusieurs régions de France, surtout d’Alsace, on dit que la cigogne apporte des bébés. Si un enfant veut avoir un petit frère ou une petite sœur, il doit déposer un morceau de sucre sur le bord de la fenêtre. En saisissant le sucre la cigogne lâchera le bébé qu’elle porte dans un linge dans son bec…

L’enseignant demande aux élèves si la cigogne blanche joue le même rôle dans le folklore de leur propre pays.

Idées supplémentaires pour continuer sur le thème de la cigogne de manière interdisciplinaire

On racontera la fable Le renard et la cigogne (texte document 3) On pourra revenir sur le fait que le grand bec étroit de la cigogne est adapté à son mode d'alimentation et à son régime alimentaire. On pourra également faire une mise en scène théâtrale de cette fable, en langue maternelle et/ou en langue étrangère. Il est également possible de créer des illustrations de cette fable en cours d'art (dessins, découpages, etc.).

Projet interdisciplinaire: Protection des oiseaux migrateurs et aperçu des aires de halte des oiseaux migrateurs en Europe

Au cours des séances précédentes, les élèves ont acquis beaucoup de connaissances sur les oiseaux migrateurs, leur mode de vie, leur signification mais aussi sur les dangers auxquels leur habitat et leur espèce sont confrontés. Il s'agira donc de réfléchir à ce qu'on peut faire pour la protection des oiseaux migrateurs.

Étape 1: collecter des informations – sur les oiseaux migrateurs de sa propre région, sur les oiseaux migrateurs en France ou à un endroit donné. Pour cela, on pourra se renseigner auprès d'un organisme de protection des animaux ou bien auprès de la classe partenaire, il est également possible d'utiliser internet pour ces recherches. Si ce travail est effectué dans le cadre du cours de géographie, on pourra élargir ces recherches sur les oiseaux migrateurs et les espaces protégées où ils se reposent pendant la migration à d'autres pays européens.
Remarque On trouve des informations sur la réserve naturelle bulgare Srebarna, proche du Danube, dans le module Le Danube – un fleuve européen. Ces informations peuvent être également utilisées.

Étape 2: présenter les résultats. Dans le cas d'un travail interdisciplinaire, on peut créer une carte d'Europe avec les aires de halte/de nichage les plus importantes des oiseaux migrateurs.

Étape 3: observation des oiseaux migrateurs dans sa propre région pendant leur période de migration. Création d'un compte-rendu d'observations. Si possible, on peut impliquer les élèves pendant le week-end du Birdwatch (début octobre), ils pourront alors communiquer leurs observations aux instances compétentes. Ils peuvent aussi faire part de leurs observations à leur classe partenaire.

Étape 4: réfléchir à ce qu'on peut faire pour protéger les oiseaux migrateurs.

  • créer une exposition et ainsi informer les autres élèves, les parents d’élèves, etc. sur les oiseaux migrateurs.
  • aider à l'entretien et à la protection des terrains humides situés dans la région.
  • participer à des manifestations/actions contre la chasse aux oiseaux migrateurs et contre les tirs à leur encontre.
  • aider à construire un nid de cigogne à un endroit approprié, etc.

 

Pour aller plus loin

La cigogne dans la culture française

Depuis longtemps la cigogne blanche joue dans le folklore le rôle d’un emblème du printemps et d’un porte-bonheur. Si par exemple une cigogne s’est posée sur une maison, cela veut dire qu’elle « devient porte-bonheur dans presque tous les domaines : fécondité et fidélité, mais aussi richesse, santé etc. Cette quantité de vertus lui a sans doute été attribuée dans les siècles passés parce qu'elle débarrassait les champs et marécages des serpents et d'autres animaux peu appréciés par les habitants » (http://michele-gabriel.chez-alice.fr/pge70-27.html).

L’arrivée des cigognes au printemps et leur départ en automne fait que la cigogne est devenue un oiseau symbolique du cycle des saisons. Le retour de cigognes annonce que les beaux jours sont proches et que la nature va renaître. C’est pourquoi on voit en elles aussi un symbole de la résurrection.

Comme dans beaucoup d’autres pays dans le folklore de plusieurs régions de France, surtout d’Alsace, on dit que la cigogne apporte des bébés. Si un enfant veut avoir un petit frère ou une petite sœur, il doit déposer un morceau de sucre sur le bord de la fenêtre. En saisissant le sucre la cigogne lâchera le bébé qu’elle porte dans un linge dans son bec…

L’enseignant demande aux élèves si la cigogne blanche joue le même rôle dans le folklore de leur propre pays.

Idées supplémentaires pour continuer sur le thème de la cigogne de manière interdisciplinaire

On racontera la fable Le renard et la cigogne (texte document 3) On pourra revenir sur le fait que le grand bec étroit de la cigogne est adapté à son mode d'alimentation et à son régime alimentaire. On pourra également faire une mise en scène théâtrale de cette fable, en langue maternelle et/ou en langue étrangère. Il est également possible de créer des illustrations de cette fable en cours d'art (dessins, découpages, etc.).

Projet interdisciplinaire: Protection des oiseaux migrateurs et aperçu des aires de halte des oiseaux migrateurs en Europe

Au cours des séances précédentes, les élèves ont acquis beaucoup de connaissances sur les oiseaux migrateurs, leur mode de vie, leur signification mais aussi sur les dangers auxquels leur habitat et leur espèce sont confrontés. Il s'agira donc de réfléchir à ce qu'on peut faire pour la protection des oiseaux migrateurs.

Étape 1: collecter des informations – sur les oiseaux migrateurs de sa propre région, sur les oiseaux migrateurs en France ou à un endroit donné. Pour cela, on pourra se renseigner auprès d'un organisme de protection des animaux ou bien auprès de la classe partenaire, il est également possible d'utiliser internet pour ces recherches. Si ce travail est effectué dans le cadre du cours de géographie, on pourra élargir ces recherches sur les oiseaux migrateurs et les espaces protégées où ils se reposent pendant la migration à d'autres pays européens.
Remarque On trouve des informations sur la réserve naturelle bulgare Srebarna, proche du Danube, dans le module Le Danube – un fleuve européen. Ces informations peuvent être également utilisées.

Étape 2: présenter les résultats. Dans le cas d'un travail interdisciplinaire, on peut créer une carte d'Europe avec les aires de halte/de nichage les plus importantes des oiseaux migrateurs.

Étape 3: observation des oiseaux migrateurs dans sa propre région pendant leur période de migration. Création d'un compte-rendu d'observations. Si possible, on peut impliquer les élèves pendant le week-end du Birdwatch (début octobre), ils pourront alors communiquer leurs observations aux instances compétentes. Ils peuvent aussi faire part de leurs observations à leur classe partenaire.

Étape 4: réfléchir à ce qu'on peut faire pour protéger les oiseaux migrateurs.

  • créer une exposition et ainsi informer les autres élèves, les parents d’élèves, etc. sur les oiseaux migrateurs.
  • aider à l'entretien et à la protection des terrains humides situés dans la région.
  • participer à des manifestations/actions contre la chasse aux oiseaux migrateurs et contre les tirs à leur encontre.
  • aider à construire un nid de cigogne à un endroit approprié, etc.

 

  Search

Bookmark and Share

Bookmark and Share