Ressources

Les animaux

1. Thème et objectifs
voir liste | cacher
Thème
L’escargot - un petit animal intéressant
Groupe cible
Matières
Durée
élaboré par
Classes de CM1 et CM2 (tranche d’âge 9-10 ans)
Français, l’éveil/science,
4 heures (ou plus)
Franziska Groß, Annika Renner, Erfurt/Allemagne, traduit de l’allemand : Houda Kourradine, Erfurt
Contenu
- l’escargot: aspect, déplacement, mode de vie, alimentation,
prise d’aliments, organes sensoriels, coquille d’escargot
- contact direct et exploration de l’escargot
Contenu langagier
vocabulaire thématique:
- parties du corps, organes sensoriels
- alimentation
- adjectifs (rapide, lent)
Objectifs:
relatifs au contenu
- saisir les informations essentielles sur l’escargot et ses particularités
- découvrir des méthodes expérimentales (telle l’observation) et apprendre à établir des suppositions
relatifs à la langue
- augmenter les compétences dans la langue cible
- enrichir le vocabulaire
- utiliser des moyens d’expression
éducatifs
- développer un rapport conscient avec la nature
- développer une attitude positive face à l’escargot (suppression d’une éventuelle aversion ou de sentiments de dégout)
- promouvoir les compétences sociales grâce au travail de groupe
- renforcer le sentiment de responsabilité (en prenant soin d’un terrarium d’escargot)
interculturels
- percevoir que l’escargot compte actuellement parmi les espèces menacées de disparition dans beaucoup de pays de l’Europe
- savoir qu’en France, l’escargot est une spécialité locale, typique de la cuisine française
Prérequis:
du contenu
 
 
 
- savoir manier les petits organismes vivants de manière prudente
de la langue
- locution (Qu’est-ce-que…)
- expressions simples (C’est…, Il y a …)
- verbes (aimer, manger)
- vocabulaire simple relié au temps
2. Descriptif d’activités
voir liste | cacher

Le module suivant sera consacré à l’escargot. Celui-ci fait partie intégrante du monde des enfants. En même temps, la lenteur de l‘escargot offre une occasion idéale pour initier les enfants aux méthodes de travail adoptées en sciences naturelles, comme l’observation ou l’expérimentation. En été, après de courtes périodes pluvieuses, il est facile de trouver des escargots un peu partout. Ce phénomène constituera l‘idée de départ pour introduire le  thème de l‘escargot.

Il est important de signaler que les enfants doivent  considérer l’escargot  comme un organisme vivant qui doit être traité avec respect. Cet animal figure actuellement sur la liste des animaux en voie de disparition. L'enseignant doit donc s'informer auprès des autorités responsables de la légalité de l‘utilisation de cet animal à des fins didactiques.

Les fiches de travail ci-jointes servent de matériel de support au module. Tous les thèmes examinés en classe se trouvent ici dans une séquence parallèle et doivent servir aux enfants d’illustration, de résumé et de notes. Dans  les fiches de travail, un petit jardinier fournit aux apprenants des aides, des indications et des explications. Il est possible de donner un nom au jardinier (par exemple: Monsieur Lejardinier). Les enfants sont souvent motivés dans les cours de langue si l’initiation au thème choisi se fait à travers de symboles, de marionnettes ou de personnages. Les fiches de travail représentent ainsi un supplément à la partie linguistique des unités du cours et ne devraient pas être mise au premier plan puisqu’il ne faut pas négliger le but essentiel des modules bilingues dans la partie communicative.

 


Les fiches de travail sont ébauchées de telle sorte que leur utilisation peut varier selon le temps prévu pour le module. Chaque fiche de travail contient des sujets dont la durée couvre, selon l'intensité de la discussion, au moins un cours. Le travail avec les images et les symboles provoque non seulement une grande satisfaction aux enfants, mais les aident aussi à mieux comprendre le thème traité, puisque leurs connaissances linguistiques sont au départ très limités.

 
Le matériel
L’enseignant doit si possible, prévoir des escargots vivants pour les différentes unités du cours. A cet effet, on recommande les escargots de Bourgogne (helix pomatia)[2]. Les enfants qui éprouvent du dégout peuvent toucher l’escargot tout d’abord à sa coquille. Il est aussi concevable de créer une coopération avec le jardin de l’école pour que les enfants puissent construire un terrarium d’escargot qu’ils peuvent garder en classe jusqu‘à la fin du  module. L'enseignant doit veiller à ce que les animaux soient traités avec soin et prudence et qu’ils aient suffisamment de nourriture. Afin de limiter les risques d’évasion, il faudra veiller à ce que le couvert du terrarium des escargots soit bien fermé. Ces derniers, peuvent soulever sans difficulté un couvert léger. A la fin du module, les escargots seront remis à leur habitat d’origine.

 

2.1 Première séquence 

1. La coquille d’escargot
L’une des caractéristiques typiques de l’escargot est probablement sa maisonnette (la coquille). Celle-ci est extrêmement fascinante pour les enfants. Elle est hélicoïdale, enroulée  dans le sens des aiguilles d'une montre et se compose essentiellement de calcaire. La coquille existe depuis le premier stade de développement de l’escargot. Au début, elle est encore molle, toutefois elle sert  déjà à la protection des organes vitaux. Avec le temps, la coquille devient plus grande et plus dure et l’escargot peut s’y retirer en cas de danger.
Au début de la leçon, les enfants s’assemblent en cercle autour de l’enseignant. Ils ont auparavant eu la tâche de chercher des escargots chez eux et d’en apporter en classe.

L'enseignant commence le cours avec une discussion. Les enfants doivent révéler où et quand ils ont trouvé l’escargot. Etant donné que l’expression dans la langue étrangère est encore faible, la conversation  peut se dérouler d’abord dans la langue maternelle. L’enseignant peut introduire petit à petit le vocabulaire et les structures de phrases en français. Plus en avant, les instructions seront exécutées en LE et les enfants peuvent s’exprimer en français ou dans leur langue maternelle selon leur choix.
 
2. La chanson du «Petit escargot»

Après avoir distribué la fiche de travail 1, l’enseignant doit fait écouter aux enfants une chanson ayant un rapport direct avec le thème des 4 heures de cours prévues.
La chanson du «Petit escargot» peut être apprise progressivement par les enfants. Ils pourront la chanter ensemble par la suite au début et à la fin de chaque leçon.
Petit escargot
Porte sur son dos
Sa maisonnette.
Aussitôt qu’il pleut
Il est tout heureux (variante: joyeux)
Il sort sa tête !
Par la suite, il est possible de combiner le chant avec quelques mouvements des mains ou même effectuer une petite danse. Les enfants peuvent se prendre les mains et former une chaîne qui s’enroulera en spirale à l’image de la coquille d’escargot.
 
3. Description et déplacement de l’escargot[3]
Pour que les enfants puissent observer l’escargot de plus près, on leur distribue un escargot et une loupe par siège. De cette manière, ils peuvent étudier activement les particularités de l’animal. Les observations rassemblées doivent être transcrites  ensuite dans la loupe figurant sur la fiche de travail 1 (matériel 1).
En outre, le déplacement de l’escargot doit être étudié. Pour cela on place l'animal sur une plaque en verre, pour pouvoir l'examiner d'en haut et d’en bas. Il est également possible de le séduire avec une feuille de salade pour l’inciter à se déplacer. Les enfants observent des lignes foncées dans la partie inférieure de l’escargot. En tout, on doit reconnaître que l’escargot  se déplace par des mouvements de muscle qui se contracte et s‘allonge alternativement. L’escargot est un gastéropode et se déplace en rampant. Ici, l'enseignant peut mentionner que les escargots ne peuvent pas se déplacer en arrière.
Plus tard, on peut placer la plaque en verre dans différente position. La mucosité (la bave) permet à l’escargot de se déplacer sur des surfaces raides, lisses et pointues. A la fin, on donne la possibilité aux enfants d'imiter le mouvement de rampement de l’escargot.
 
2.2 Deuxième séquence 
1. Les parties du corps de l‘escargot
Les enfants apprennent à connaître à l‘aide de la fiche de travail 2 (matériel 2) les parties du corps de l‘escargot en les comparant au corps humain. L‘enseignant dévoile par la suite la solution en la présentant par exemple sur une feuille en plastique. Il pose aux élèves des questions comme par exemple Où est la langue? et les élèves doivent montrer l‘organe correcte sur la fiche. A ce niveau là, l‘enseignant peut introduire des mots de vocabulaire en relation avec les parties du corps de l‘escargot. Ainsi que des locutions telles: C’est / Ce sont ... les yeux / la langue / le pied, …Où est la langue, où sont les pieds…, Vous avez trouvé la langue ?, Voilà le pied, la langue… etc. En même temps, l’enseignant peut les compléter en introduisant la fonction de chaque partie, en utilisant un verbe à l’exemple qui suit: les yeux pour regarder/ la main pour tâter/ la maison pour dormir/ le pied pour se déplacer/ le nez pour aspirer.
Les parties du corps désignées précédemment sont définies sur le corps de l‘escargot. Les enfants peuvent comparer à fur et à mesure si leurs réponses initiales étaient correctes.
Les enfants doivent savoir que les yeux de l‘escargot se trouvent à l‘extrémité des tentacules (les tentacules oculaires). La langue se trouve dans la bouche comme chez l‘homme. Le toucher (illustré sur la fiche de travail sous la forme d‘une main) se réalise par les tentacules inférieures et courtes (les tentacules tactiles). Le déplacement de l‘escargot est symbolisé par le pied. Ici, l‘enseignant doit signaler que l‘escargot se déplace en rampant. L‘odorat, symbolisé par le nez est effectué chez l‘escargot à travers un orifice respiratoire.

2. La radula
Au microscope, on peut observer que la langue de l‘escargot se compose de grand nombre de dents minuscules disposées les unes à travers les autres. Les enfants ont peut-être remarqué lors de la première unité quand ils ont utilisé la loupe, que l‘escargot pousse sa langue noire toujours vers l‘extérieur quand il mange.
On distribue un escargot par rangée pour que les enfants puissent le découvrir de plus près. Ils doivent tout d‘abord frotter leurs mains avec du jus de concombre ou de la farine. Puis ils posent l‘escargot sur leur main pour sentir sa langue. Enfin, en groupe ils racontent leur expérience.
La fiche de travail 2 sert de support pour expliquer la particularité de la langue d‘escargot. Celle-ci comporte un schéma illustrant le fonctionnement de la radula qui ressemble à une pelleteuse avec des mouvements de va et vient. De façon semblable au mouvement d'une excavatrice, la langue se déplace sur un cartilage. Quand la langue frotte l'aliment, les dents de la radula accrochent des petites parties de l‘aliment qu‘elles transportent au gosier. Dans la partie postérieure de la radula, il y a un renouvèlement constant des petites dents.

3. L‘alimentation de l‘escargot
L‘enseignant fixe au tableau plusieurs images de légumes et de fruits grâce à des aimants et dispose deux paniers. Les enfants doivent trier les aliments d‘abord les images contenant les aliments mangé par l‘escargot dans un panier et le reste des images dans un autre.
L‘enseignant pose les questions suivantes Qu’est-ce que l’escargot mange/aime?.
Les enfants doivent énumérer les aliments et les ranger dans les paniers. Il faut accorder beaucoup d‘importance au vocabulaire utilisé par les enfants. Ceux-ci doivent employer des phrases telles : L’escargot aime .../ L’escargot mange ...,  ainsi que la négation: L’escargot n’aime pas .../ L’escargot ne mange pas.
Les escargots sont exclusivement phytophages. Les enfants doivent se rendre compte que les  escargots  mangent des aliments procédant de la nature et non du pain, du fromage ou une sucette, etc. Pour cela, la fiche de travail 3 (matériel 3) peut servir d‘approfondissement de connaissances. Ici, il est concevable de faire citer aux enfants quelques produits alimentaires qu‘ils aiment aussi. En répétant la formule J‘aime manger…, ils ont un rapport direct avec le contenu de la leçon et peuvent donc mieux l‘assimiler.

4. Quel est le temps préféré de l‘escargot?
Ici, il est nécessaire que l‘enseignant explique aux élèves quel genre de climat est affectionné par l‘escargot et les raisons de cette préférence. Il est fréquent de trouver des escargots après la pluie, dans des secteurs humides ou au printemps. En été et par de longues périodes de chaleur ou de soleil, ils  rentrent dans la coquille pour se protéger. L'ouverture de celle-ci est fermée par une couche protectrice, la muqueuse. En hiver, les escargots ne sont pas visibles non plus puisqu‘ils se cachent dans un trou de terre. Ainsi, le thème du temps peut également constituer le contenu d'une séquence d'une heure qui sera développé si nécessaire. La fiche de travail offre  la possibilité aux élèves de prendre des notes. Les symboles illustrant la pluie, le soleil, la neige, le ciel couvert et la nuit doivent inciter à parler des préférences de l‘escargot.
En même, les enfants peuvent répondre aux questions: Qu’est-ce l’escargot fait quand il fait chaud / quand il neige / quand il fait nuit/il pleut ? (utiliser la chanson !).

2.3 Troisième séquence 

La troisième unité concerne l‘expérimentation qui est une pratique importante pour les enfants. Les expérimentations attirent la curiosité  des enfants et augmentent leurs motivation et intérêt. En outre, ils sont très orientés vers la pratique. Il est important de donner des indications détaillées concernant les méthodes et les règles de l‘expérimentation. La manipulation prudente des petits animaux doit également de nouveau être mentionnée.
 

Afin que les enfants puissent s‘initier aux méthodes de l‘expérimentation et de la documentation, le reste du travail peut être effectué en petits groupes. La fiche de travail 4 (matériel 4) donne ici des indications sur le montage de l‘essai ainsi qu'une occasion de prendre des notes. Avant le début de chaque expérience, l‘enseignant doit donner les instructions essentielles et fournir le matériel nécessaire. Après l‘explication du déroulement de l‘expérience, l‘activité suivante se réalisera en équipe mais sera toutefois dirigée par l'enseignant. Après chaque expérience, les observations ainsi que les idées seront notées sur la fiche de travail. A la fin des expériences, l‘enseignant fait une correction et évaluation générales.


1. Est-ce-que l‘escargot peut entendre ?


Pour réaliser cette expérience, les petits groupes reçoivent un triangle ou un instrument semblable pour produire du bruit. Les enfants doivent utiliser le triangle pour  savoir si l‘escargot est en mesure d'entendre. L‘absence de réaction chez l‘escargot démontre que celui-ci n‘a pas la capacité d‘entendre.

2. Est-ce-que l‘escargot peut voir ?

La deuxième expérience se fait sur le nerf optique en exposant l‘escargot tour à tour à la lumière et à l‘ombre. Pour l‘exposition à la lumière, on utilise une lampe.
Les enfants doivent observer les réactions de l‘escargot et noter leurs observations dans un protocole.
L‘escargot peut distinguer entre la lumière et l‘obscurité avec ses yeux qui ressemblent à des petits points noirs et qui se trouvent à l‘extrémité des tentacules oculaires. Par une obscurité soudaine, il rentre dans sa coquille pour se protéger des ennemis. Ici, l'enseignant peut faire remarquer que l‘escargot peut voir seulement jusqu'à 7cm de distance et qu‘il ne distingue pas les couleurs. En outre, l‘escargot rampe toujours en direction de l‘ombre.


3. Est-ce-que l‘escargot peut gouter?

La troisième expérience concerne le goût de l‘escargot. Pour cela on lui donnera plusieurs fruits  différents. Les enfants observent que les escargots se nourrissent de l‘aliment le plus proche et qu‘ils n‘ont aucune préférence particulière concernant le choix de l‘aliment.

4. Est-ce-que l‘escargot peut sentir ?


La dernière expérience concerne l‘odorat de l‘escargot. Pour cela, on met l‘escargot sur une plaque lavable et on y verse tour à tour en demi-cercle du jus de pomme, du parfum et du vinaigre. Il faut nettoyer la plaque après chaque tentative.
Les enfants observent l‘attitude de l‘escargot face aux éléments cités plus haut. Etant donné que l‘escargot peut sentir, les comportements suivants peuvent être examinés:
1. Le jus de pomme est très sucré, c'est pour cela que l‘escargot rampe dans la direction du liquide et le lèche.
2. Le parfum est très fort, c‘est pour cela que l‘escargot s‘en détourne.
3. Le vinaigre dilué provoque le retranchement des tentacules oculaires chez l‘escargot. Il faut veiller à ce qu‘il ne n‘entre pas en contact avec le liquide.
2.4 Quatrième séquence 

1. La nature de la coquille d‘escargot


Le vinaigre dissout le calcaire. C‘est d‘ailleurs un produit de nettoyage ménager puisqu‘on l‘utilise pour nettoyer une machine à café ou une douche calcifiées.
Dans cette expérience, une coquille d‘escargot doit être placée dans un verre contenant du vinaigre.  Puisque cette expérience demande beaucoup de temps, il est conseillé de la préparer au début de la leçon. Ainsi, une observation plus précise peut avoir lieu à la fin de l'heure. Après quelques heures, la coquille est complètement  dissoute.
Aussitôt que la coquille est en contact avec l'acide acétique, on remarque la formation de bulles montant à la surface. Ici aussi les enfants peuvent noter leurs observations sur la fiche de travail 5 (matériel 5). Le résultat de l‘expérience est que la coquille d‘escargot est constituée de calcaire qui se dissout dans le vinaigre. Les bulles qui remontent à la surface sont du dioxyde de carbone. Les 5% d‘acidité du vinaigre sont à l‘origine de ce processus chimique.


2. Que fait l‘escargot en hiver?


Quand les températures baissent, l‘escargot se terre dans un trou et se dissimule sous les feuillages. Pour se protéger, il se retire dans sa coquille qui se referme par une couche calcifiée (cf. Fiche de travail 5). Un petit orifice lui permet de respirer. Après une pluie chaude, au printemps, les escargots sortent de leurs cachettes. On trouve parfois, ces couches de calcaire abandonnées dans la nature. Il faut également mentionner que la limace hiberne de 3 à 4 mois. Elle se terre toutefois plus profondément puisqu‘elle n’a pas de coquille pour se protéger du grand froid.
 

3. La course des escargots


A la fin de cette unité et donc du module, il est concevable de planifier une course d‘escargot.
Au début les enfants dans les groupes peuvent calculer le temps dont a besoin l‘escargot pour parcourir 10 cm. Ici, on peut faire des mathématiques. Par exemple calculer le temps dont a besoin l‘escargot pour parcourir un kilomètre.
Enfin, pour la course, les escargots doivent être placés côte à côte et sur la ligne d‘arrivée on dépose des feuilles de salades. Le vocabulaire de cette étape concerne la vitesse et la comparaison (plus rapide/ moins rapide/ lent).
2.5 Pour aller plus loin


Aspect écologique et culturel

Il est important de s‘entretenir avec les enfants sur la protection de ces animaux. Beaucoup de types d‘escargot sont actuellement sur la liste rouge des espèces végétales et animales menacées dans le monde entier et qu‘il faut donc les protéger. Ainsi, durant tout le module, les enfants doivent traiter l‘escargot avec soin et respect.
 Le thème de l‘escargot est aussi intéressant pour son aspect interculturel offrant ainsi plusieurs sujets de conversation. Comme les moules, qui appartiennent également à la famille des mollusques, les escargots sont une spécialité culinaire dans plusieurs régions.
Les Romains déjà, les engraissaient pour les faire rôtir avec des épices. Plus tard au Moyen Âge, dans les monastères en temps de carême où on ne mangeait ni poisson ni viande, on servait des escargots.
De nos jours, les escargots de Bourgogne sont considérés, particulièrement en France, comme un met de choix. Les escargots proviennent principalement des entreprises spécialisées dans l‘élevage puisque la collecte libre de certains types est interdite en raison de leur rareté. L‘escargot de Bourgogne compte également parmi les types d‘escargots que l‘on peut acheter.  L‘escargot à la bourguignonne est un hors-d'œuvre très connu dans lequel les escargots sont préparés avec du beurre persillé. Il y a même des assiettes spéciales avec six ou douze cavités ainsi qu‘une fourchette à escargots avec deux dents spécialement prévues pour ce hors-d'œuvre.
 
L’escargot dans la langue française

Comme dans d’autres langues l’escargot est un symbole pour la lenteur, ce qui prouve l’expression Ilavance/marche comme un escargot. Pour les enfants il y a un grand nombre de comptines, poèmes et chansons qui parlent de l’escargot et ses caractéristiques (par exemple : Un matin l’escargot gris dans momes.net ou le poème L’escargot dans comptine.free qui parle de la lenteur de l’escargot, cf. bibliographie). En plus des albums pour enfants racontent de la vie des escargots (cf. bibliographie).

Bibliographie
a) Informations sur l’escargot en allemand:

Die Ernährung der Schnecken. www.weichtiere.at/Schnecken/morphologie/ ernaehrung.html (2.08.08).
Schaub, H./Schaub, S. (2004): Tiere erleben, Tiere beobachten. Cornelsen Scriptor.
Schnecken. http://de.wikipedia.org/wiki/Schnecken (12.07.08).
Wie bewegt sich eine Schnecke? Kreativ-Werkstat: ?. www.bmu-kids.de/kreativ/ experimente/experiment_schnecke.htm
Zindler, K. / Wieringer, St. (2001): Die Schnecken-Werkstatt. Verlag an der Ruhr.

en français:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Escargot. (09.11.08)
« La campagne et ses animaux. »Le petit quotidien N°5, L`escargot, p. 54.

b) Chansons, comptines, histoires et activités
Albouy, V. (2008): L’escargot. Mango-Jeunesse. Coll. Qui es-tu nature.
Petit escargot. www.teteamodeler.com/vip2/nouveaux/expression/petitescargot.htm (09.11.08).
Hennig, A. & Dufresne, D. (2005) : Gaston est mollasson. Mango-Jeunesse. (cf. le commentaire sous amazon.fr)
Hequet, F. (2008): Petit escargot, Jeux et activités autour d`une comptine. Paris: Éditions Nathan.
Pittau & Gervais (2007) : La tortue et l'escargot. Gallimard Jeunesse.
http://www.momes.net/comptines/comptines-insectes.html (plusieurs comptines sur les escargots)
http://comptine.free.fr/comptine/l’escargot.html (comptine L’escargot)

[1] Ce module a été élaboré par Annika Renner et Franziska Groß, étudiantes de l’université d’Erfurt. Dessins : Annika Renner.

[2] Une autre espèce d’escargot qu’on trouve facilement est l’escargot des jardins (Cepaea hortensis).

[3] Les descriptions se réfèrent à l’escargot de Bourgogne.

 

Ouvrages et articles de référence
voir liste | cacher
Adelino,Braz (2007) : Pour une réflexion sur l’enseignement bilingue –  méthodologie, repères, exemples.Dans : Consejeria de Educacion de Cantabria.  En ligne : http://www. educarioja.org/educarioja/html/docs/recursos/frances_abraz.pdf. (méthodologie de l’enseigne- ment bilingue)
ASTOLFI, J-P. et al. (1997): Comment les enfants apprennent les sciences? Pédagogie Retz; (Livre général sur l'enseignement des sciences à l'école. Les chapitres sur l'écrit en sciences et la structuration des savoirs sont intéressants, un glossaire de la didactique et une bibliographie complètent le tout).
 BOHN, Petra et al. (2005): Bilinguale Module an unserer Schule. Wie geht das? Thillm, Impulse Heft 47. Bad Berka: Thüringer Institut für Lehrerfortbildung. (parle de l’introduction de modules bilingues dans les disciplines non linguistiques, théorie et propositions pratiques)
BOSENIUS, Petra (2004): “Wir haben über Wolken gesprochen. Content-based Language Learning in der Grundschule.” In: Bonnet, A. & Breidbach, S. (Hrsg.): Didaktiken im Dialog. Frankfurt: Lang, 65-74. (Description d’une approche transdisciplinaire: intégration de contenus d’une discipline non linguistique dans le cours de langue, comparaison des deux didactiques, proposition pour un cours sur l’eau)
Brambarova, Alelia (2004): “Encore une fois des objectifs de l’enseignement précoce en langue étrangère.” Dans :ЧЕО, № 6, Sofia, р. 40 – 44. (en bulgare : traite des objectifs et des conceptions de l'enseignement primaire: celui-ci doit être basé sur tous les aspects du développement de l'enfant au niveau cognitif et social)
CASPARI, Daniela et al. (2007): “Erfahrungen mit dem bilingual deutsch-französischen Angebot an Grundschulen in Berlin.” In: Mentz, O.; Nix, S. & Palmen, P. (Hrsg.): Bilingualer Unterricht in der Zielsprache Französisch. Tübingen: Narr, 231-245. (Vue d’ensemble sur le concept et les résultats des écoles primaires bilingues – allemand-français – de Berlin)
CAUSA, Mariela (2007): “Formation initiale et continuée et  disciplines non linguistiques: entretien avec Jean Duverger.”Dans : FDM (Recherches et Applications) n°41, pp. 87- 93.
CAVALLI,  Marisa (2006): “Créer une cohérence.”Dans : FDM  n°344, pp. 22-23.
COMBLAIN, Annick (2004): L’éducation bilingue (document complémentaire), Universitéde Liège FAPSE.
COYLE, Do (2000): “Apprentissage d’une DNL et d’une langue : une approche intégrée.”Dans : FDM (Recherches et Applications) juillet 2000, pp. 98-112
DALGALIAN, Gilbert (2000): Enfances plurilingues. Témoignage pour une éducation bilingue et plurilingue. Paris : L’Harmattan.
DE FLORIO, Inez (2003) : “Inhaltsbasiertes Fremdsprachenlernen.” In: Praxis des neusprachlichen Unterrichts, 1/03, 11-21. (Définitions, concepts et explications théoriques, vue d’ensemble sur la situation de l’enseignement bilingue/CLIL en Allemagne)
DESHAYS, Elizabeth (2005): L’enfant bilingue. Paris : Robert Lafont
DUVERGER, Jean & MAILLARD, Jean-Pierre (1996) : L'enseignement bilingue aujourd'hui, Paris : Albin Michel.
EURYDICE (2005): Enseignement d’une matière intégré à une langue étrangère à l’école en Europe.Dans : http://www.eurydice.org/ressources/eurydice/pdf/0_integral/071FR.pdf.
FEHLING, Sylvia (2008): Language Awareness und bilingualer Unterricht: Eine komparative Studie. (2.,  überarbeitete Auflage). Frankfurt: Peter Lang.
Finkbeiner, Claudia (Hrsg.)( 2002): Bilingualer Unterricht. Lehren und Lernen in zwei Sprachen. Hannover: Schroedel.
Gajo, Laurent (2006): Enseignement bilingue. Un nouvel enseignant ? Dans : FDM  n°347.
GARABEDIAN, Michèle (dir.) (1993) : “Quels modèles didactiques pour enseigner/apprendre une langue étrangère à de jeunes scolaires.” Dans : Etudes de Linguistique Appliquée, n° 89, Didier Erudition, janvier-mars 1993.
GARABÈDIAN, M. (2007) : “Pour une approche bilingue de l’enseignement des langues étrangères à l’école.” In : Kierepka, Adelheid; Klein, Eberhard & Krüger, Renate(Hrsg.): Fortschritte im frühen Fremdsprachenunterricht. Auf dem Weg zur Mehrsprachigkeit. Tübingen: Gunter Narr Verlag. 87-100. (plaide pour la réhabilitation de la place et du rôle de la langue maternelle dans l’enseignement des LE y compris les sections bilingues, dans ce contexte les apprenants sont considérés comme « bilingues en devenir »)
GENESEE, Fred (1987): Learning Through Two Languages, Cambridge: Newbury House
GIRARD, Denis (1991): “Bilan didactique qualitatif des expériences d'enseignement précoce d'une langue étrangère (1960-1980).” Dans : Les langues vivantes à l'école élémentaire, INRP, 1991.
Girard, Denis (1996): Apprentissage précoce des langues vivantes. Critères de succès. CELV, Graz.
GOVONO, Germana (2003) : “La didactique de l’histoire dans les sections bilingues : « médier » deux traditions d’enseignement.”Dans :La médiation et la didactique dans les langues et les cultures, FDM (Recherches et Applications) janvier, Numéro spécial, pp. 87- 99.
GROUX, Dominique (1996): L’enseignement précoce des langues. Des enjeux à la pratique. Lyon : Chronique sociale.
GROUX, Dominique (1999): “Des conditions favorables pour un apprentissage précoce des langues ?” Dans : Résonances, Sion, Suisse, n°4, décembre 1999.
GROUX, Dominique (2003): “Pour un apprentissage précoce des langues.” Dans : Le français dans le monde, n° 330, nov .déc. 2003.
GROUX, Dominique (2006): “L’apprentissage précoce des langues : des pratiques sociologiquement et politiquement marquées”, “Early Language Teaching : a politically and sociologically significant practice.” In : International Review of Education/La Revue Internationale de l’Education, Volume 52, Number 1, March 2006, pp. 107-123 (17).
HAGEGE, Claude (1996) : L'enfant aux deux langues, Paris : Editions Odile Jacob
HAMERS, Josiane F./ BLANC, Michel (1983): Bilingualité et bilinguisme, Bruxelles : Pierre Mardaga.
MARSH, David (2002): CLIL/EMILE – The European Dimension: Actions, Trends and Foresight Potential. Bruxelles: The European Union.
MASCN, Nando (1994): “Les DNL du cursus bilingue.”Dans : Etudes de linguistique appliquée,   n° 96, p. ? (Article sur l’Allemagne)
MASCN, Nando (2000): “Conception des langues étrangères et choix des DNL.”Dans : FDM (Recherches et Applications) janvier, Numéro spécial pp. 69- 73.
MEHISTO, Peter, MARSH, David & FRIGOLS, María Jesús (2008): Uncovering CLIL. Content and Language Integrated Learning in Bilingual and Multilingual Education. Oxford: Macmillan Books for Teachers. (Définition CLIL, possibilités et formes de CLIL dans les écoles et en dehors de l’école, exemples pour CLIL pour le primaire, le secondaire et la formation professionnelle)
Ministerium für Schule, Wissenschaft und Forschung NRW (Hrsg.) (2000): Fachunterricht in Französisch im Rahmen von flexiblen bilingualen Modulen. Handreichungen, Düsseldorf.
O'NEIL, Charmian (1993): Les enfants et l'enseignement des langues étrangères, LAL, Cédif-Hatier.
PALIKARSKA, B. (1994): “L'enseignement bilingue en Bulgarie et dans les pays d'Europe centrale et orientale.” Dans : Triangle 13, L'enseignement/apprentissage des langues étrangères, Paris : Didier Erudition.
PAVESTI, Maria et al. (2001): Teaching through a foreign language. A guide for teachers. En ligne : http://www.ub.es/ filoan/CLIL/teachers.pdf.
PIOZZA, Marie-Jeanne (2004): “L’histoire en français.”Dans : FDM, n°335, p. 29.
PISKE, Thorsten (2007) : “Bilingualer Unterricht an Grundschulen.” In: Grundschule 4/2007, 28-30. (parle de l’efficacité et de la didactique de l’enseignement bilingue dans les écoles primaires, des compétences des enseignants et des élèves)
PORCHER, Louis (1987): Manières de classe. Paris: Didier. (Trois propositions pédagogiques dont la première suggère d’introduire au centre des cours de FLE des thèmes « universels singuliers », présentation de trois exemples : l’eau, les animaux et le temps)
Porcher Louis, Groux Dominique (1996) : L’apprentissage précoce des langues. Paris : PUF, coll. Que sais-je ?, n° 3289.
PY, Bernard (1997) : “Pour une perspective bilingue sur l’enseignement et l’apprentissage des langues.” Dans : Etudes de linguistique appliquée, 108, 1997, pp. 495-503.
RYMARCZYK, J. (2005): “Integratives Arbeiten. Zur Verknüpfung von Englisch mit anderen Unterrichtsfächern der Primarstufe.” In: Primary English. 6/05, 3-5. (propositions pour l’intégration de contenus de disciplines non linguistiques dans les cours de langue étrangère des écoles primaires)
SAMSON, Colette (2008) : “L’enseignement aux enfants : les fondamentaux.” Dans : FDM №356, p 26. (On doit être au clair sur les objectifs principaux de l’enseignement des LE au primaire. Il convient ensuite de privilégier les démarches les plus efficaces)
Schlemminger, Gérald (Hrsg.) (2006) : Aspekte bilingualen Lehren und Lernens. Schwerpunkt Grundschule. Hohengehren: Schneider-Verlag. (Articles concernant la théorie et la pratique de l’enseignement bilingue dans les écoles primaire, exemples pour le français au Baden-Wurttemberg et l’allemand en Alsace)
Serra,  Cécilia (2008) : “L’enseignement bi-plurilingue des savoirs disciplinaires.” Dans : FDM, n° 355, p. ?
SIGUAN, Miguel/MACKEY, William F. (1986): Education et bilinguisme, UNESCO, Lausanne : Delachaux et Niestlé.
TAKALA, Sauli (2003) : “L’enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère (EMILE) dans les contextes européens.”Dans : FDM (Recherches et Applications), juillet, Numéro spécial pp. 54- 66.
VESSELINOV,  D. et al. (2001): Portfolio des langues à l’usage des apprenants bulgares  - classe de 8e des lycées bilingues. Sofia: Heron Press. (proposition d’une variante de portfolio des élèves, suite à l’évaluation de leurs  compétences en sciences naturelles, en classe de 8e des lycées bilingues bulgares.)
VIALLON, Virginie & SCHUBERT, Katia (2003) : “Bilingue: L’acquisition d’une compétence interculturelle en langue scientifique.” Dans : FDM (Recherches et Applications) juillet, Numéro spécial pp. 170- 177.

Wildhage, Manfred & OTTEN, Edgar (2003.): Praxis des bilingualen Unterrichts. Berlin: Cornelsen Scriptor. (introduction dans la didactique de l’enseignement bilingue/CLIL-EMILE)
WINDMÜLLER, Florence (Coord.) (2008) : “L’enseignement bi-plurilingue: Education, compétences, stratégies d’apprentissage.” Synergies, N° 1, 2008. Revue du GERFLINT. Berlin : Avinus Verlag. (Ce premier volume de la revue Synergies. Pays germanophones est consacré à la théorie et à la pratique de l’enseignement bilingue, articles sur des projets en Suisse, en Allemagne et en Alsace)
Wode, Henning (2002): “Fremdsprachenvermittlung in Kita, Grundschule und Sekundarbereich.” In: Finkbeiner, C. (Hrsg.): Bilingualität und Mehrsprachigkeit. Hannover: Schroedel, 33-42. Online: http://www.anglistik.uni-kiel.de/Chairs/Linguist/ docs/ger/texte/FremdsprKita.pdf). (Concept pour un enseignement bilingue sur la base de l’immersion à partir de l’école maternelle)
WOLFF, Dieter (2007): “Bilingualer Sachfachunterricht in Europa : Versuch eines systematischen Überblicks.” In: Fremdsprachen lernen und lehren 36, 13-31. (Vue d’ensemble sur CLIL en Europe, définitions, objectifs et contenus)
Zydatiß, Wolfgang (2000): Bilingualer Unterricht in der Grundschule . Entwurf eines Spracherwerbskonzepts für zweisprachige Immersionsprogramme. Ismaning, Hueber. (parle des écoles bilingues – français-allemand – de Berlin, introduction dans le thème du bilinguisme)
Zydatiß, Wolfgang (2002): “Wasser ist Leben! – Integriertes Sach- und Sprachenlernen im Fach Deutsch als Zweitsprache der Berliner Grundschule.” In: Finkbeiner, C. (Hrsg.): Bilingualität und Mehrsprachigkeit. Hannover: Schroedel, 59-70. (description d’une unité pour un cours de langue basé sur des contenus de sciences, thème: l’eau, c’est la vie)
                            
 
 
II) Sites internet
 
http://www.ccn-clil.eu (Site du CLIL Cascade Network, rubriques: Networking, Teaching and Learning und Professional Development, il faut s’inscrire pour pouvoir utiliser tout le site)
http://www.ciep.fr/bibliographie/Enseignement_bilingue.pdf (très bon site de CDI de CIEP) 
http://www.clilcompendium.com/ (résultat du projet CLIL-Compendium informations sur CLIL, bibliographie etc.)
http://clilcom.stadia.fi/ (le site du projet CLIL très enrichissant et utile. On peut s’auto-évaluer si l’on est un professeur CLIL.)
http://www.ecml.at/mtp2/CLILmatrix/index.htm (très bon site qui permet d’évaluer l’enseignement CLIL dans une classe/école, en anglais et en français)
http://www.emilangues.education.fr/
http://www.enfantsbilingues.com/ (site unique des familles/enfants bilingues)
http://www.euroclic.net/ The European Network for CLIL Classrooms (en anglais et en français)
http://www.eurydice.org/ressources/eurydice/pdf/0_integral/071FR.pdf EURYDICE (2005) : (Enseignement d’une matière intégré à une langue étrangère à l’école en Europe)
http://www.goethe.de/ges/spa/dos/ifs/deindex.htm (en allemand, site informant sur CLIL en Allemagne et en Europe, définitions, exemples etc.)
http://web.fu-berlin.de/elc/bulletin/9/fr/coonan.html (sur la mise en œuvre du CLIL)
Institut français de Sofia: Brochures DNL (2004) - Projet mixte entre l’Institut Français  de Sofia et le Ministère de l’Education Nationale de Bulgarie. Dans :  http://www.institutfrance.bg/IMG/pdf/Brochure_DNL_avant_propos_bilingue.pdf, (fiches pour les élèves en français et en bulgare)
 
III) Outils pratiques pour l’école primaire
 
GEGIER, Birgit (2006): Wake up little Hedgehog. Ein Projekt zum Thema Igel. Mühlheim: Verlag an der Ruhr. (Proposition pour des cours transdisciplinaires, l’histoire d’une famille de hérissons, pour l’anglais langue étrangère, contient des fiches de travail pour les élèves)
HOLLSTEIN, Gudrun/WADLINGER, Elke (2000) : Französisch im Grund- schulunterricht. Tiere im Zoo. Landau: Knecht Verlag. (Proposition pour l’intégration des cours de sciences dans les cours de FLE, avec descriptif d’activités et fiches pour les élèves)
HOLLSTEIN, Gudrun/WADLINGER, Elke (2001) : Englisch im Grundschulunterricht. Tiere im Zoo. Landau: Knecht Verlag. (voir en haut, pour l’anglais LE)
http://crf-bg.org/dnl/ - Cahiers numériques: histoire, géographie, philosophie, biologie, chimie, physique. Institut français de Sofia (2004)
http://www.scienceacross.org. (Matériel pour l’enseignement bilingue en anglais, français, allemand et d’autres langues, pour le thème « La nourriture », utilisable en primaire)

 

  Search

Bookmark and Share

Bookmark and Share